Que faire en Guyane, par une anglaise (2/2) ?

Georgina Ramsay est étudiante en littérature anglaise et française à l’Université d’Oxford. Elle a passé sept mois en Guyane l’an dernier. Elle partage son expérience de la Guyane avec nous.

Se baigner à la plage de Montravel

Les plages de Guyane ne ressemblent pas à celles des Caraïbes. Bien qu’il y ait des plages, il est bien connu que l’eau de mer est brune, en raison des sédiments de la forêt amazonienne. Néanmoins, cela ne m’a pas empêchée de donner à la plage de Montravel le titre de ma plage préférée en Guyane. La plage est assez petite mais j’aime ce côté  intimiste et si vous avez la chance d’y aller quand il n’y a pas trop de monde, c’est vraiment magique.

Les sentiers

J’ai commencé à marcher par nécessité car je ne voulais pas être trop dépendante du bus qui venait sporadiquement ou de mes amis. Même si je me suis perdue de nombreuses fois au début, cela s’est avéré être le meilleur moyen de faire connaissance avec la Guyane. J’ai fini par apprécier les nombreux sentiers proches de chez moi, tels que le Sentier Loyola et le Sentier du Rorota. Le Sentier du Rorota est sans aucun doute la route le plus pittoresque, tandis que le sentier Loyola révèle pleinement la beauté de la nature et permet de se familiariser avec une partie moins connue de l’histoire de Guyane.

Les Iles du Salut

Aucun voyage en Guyane n’est complet sans avoir visité les Îles du Salut situées au large de la Guyane française. Elles sont composées de trois îles, avec seulement 2 accessibles au public. Si la beauté des îles est indéniable, l’histoire de l’ancienne colonie pénale est malheureusement beaucoup plus désagréable.

Les Marchés (et la cuisine guyanaise)

Je me suis rendue au marché de Rémire-Montjoly tous les jeudis pour faire la plupart de mes achats ; la nourriture était plus fraîche, moins chère et accessible à pied depuis chez moi. Il est difficile de répondre à la question fréquemment posée «C’était comment, la cuisine guyanaise ?», tout simplement parce que son mélange est unique en raison de son statut de département français, de sa situation géographique et de sa population. Comme la Guyane est frontalière avec le Brésil et le Suriname, proche des Caraïbes et que sa population est très diversifiée, il n’est pas rare de trouver des boulangeries et pâtisseries françaises typiques aux côtés de restaurants créoles, chinois et brésiliens.

En ce qui me concerne, j’ai eu un coup de cœur pour le jus local (en particulier le jus de maracudja), le ti-punch, le poulet boucané et la tarte à la crème me manquent le plus. Une des choses que je préférais quand j’étais en Guyane c’était de voir des similitudes ou des liens partagés dans la cuisine à travers la diaspora. La marinade* par exemple me faisait beaucoup penser aux « saltfish fritters » de Jamaïque, tout comme les haricots rouge qui sont un aliment de base de la cuisine créole.

La Place des Amandiers

Ce n’est peut-être pas un choix évident, mais la Place des Amandiers occupe une place particulière dans mon cœur. Au début de mon séjour en Guyane, je passais tellement de temps à m’asseoir seule ici sur l’un des nombreux bancs faisant face à la mer et à regarder le monde passer. C’est une place paisible et agréable où passer son temps libre.

Lancement de Fusée

Chaque mois, il y a au moins une fusée lancée depuis le Centre Spatial de Kourou. Si vous avez la chance d’obtenir des billets, vous pouvez observer le lancement depuis le centre spatial ou depuis la plage des roches. Assister à un lancement est vraiment un spectacle unique, quelque soit le site d’observation (CNES, Plage des roches, Place des Amandiers, Fort Cépérou). C’est d’ailleurs , l’un de mes meilleurs souvenirs.

Les carbets

Passer au moins une nuit dans un carbet dans la forêt est un must. Un carbet est un abri traditionnel en bois. C’est devenu un mode populaire de logement touristique en Guyane. C’est assez courant de passer un week-end ou les vacances dans un carbet. Je n’avais jamais dormi dans un hamac avant de venir en Guyane, mais j’ai l’impression que c’est vraiment l’accessoire indispensable en Guyane. Ici, tout le monde possède son hamac et une nuit en carbet sans hamac n’a pas beaucoup de charme.

J’ai passé un week-end dans un carbet au large du fleuve Sinnamary. Nous avons pris une pirogue pour y arriver puis nous avons fait du kayak à travers le lac de petit Saut, un lac qui s’est formé suite à la création du barrage hydraulique. C’était comme une scène d’un film post-apocalyptique, nous avons navigué autour des arbres morts tout en étant entourés par les images et les sons propres à l’Amazonie.

Le jardin botanique de Cayenne

Il semble presque étrange que la Guyane française ait un jardin botanique, sachant que plus de 90% du département est recouvert par la forêt amazonienne. On pourrait dire que le département lui-même est un grand jardin botanique. Cependant, le jardin botanique de Cayenne est un bel endroit pour se promener et en apprendre un peu plus sur la flore de la Guyane française.

La Place des Palmistes

C’est la place principale de Cayenne et son nom tire son origine des grands palmiers qui l’entourent. Au centre de la place se trouve un monument dédié à Félix Eboué, qui a également donné son nom au principal aéroport international de Guyane. Eboué fut le premier gouverneur noir de la Guadeloupe. La Place des Palmistes est un endroit emblématique de Cayenne avec la Bibliothèque Départementale Franconie, le bar des Palmistes, avec leurs architectures typiquement créoles.

Le carnaval

Je ne peux pas parler de la Guyane française sans mentionner l’institution culturelle qu’est le carnaval – après Noël, le compte à rebours commence et le carnaval devient le mot sur toutes les lèvres. Le carnaval en Guyane est ancré dans la tradition et ne ressemble à rien de ce que j’ai vu auparavant.

À la suite de l’abolition de l’esclavage, les esclaves se déguisaient aux bals et aujourd’hui pendant le carnaval de Guyane, les traditions sont fortes. Ce sont les femmes qui se déguisent de la tête aux pieds pour être méconnaissables dans les dancings. Les hommes eux, attendent d’être invités par les touloulous à danser la mazurka, biguine et pour certains à piké djouk*. Ils n’ont pas le droit de refuser une invitation.

See you soon French Guiana.

*Marinade: aussi appelés accras. Ils sont traditionnellement réalisés avec de la morue, mais plusieurs recettes existent (légumes, viande…)

*Touloulou: mot désignant les femmes déguisées dans les soirées parées-masquées. Quand le cavalier est masqué, on parle de Tololo.

*Piké djuke : un des mouvements emblématiques des soirées carnavalesques où les cavaliers « piquent » la partenaire. On ne peut pas en dire plus, on vous laisse découvrir en live.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s